Le vice-président de l’Assemblée nationale de France à Fana :

Marc Le Fur  en contact avec les acteurs de la coton culture

Une importante délégation, composée du vice-président de l'Assemblée nationale française, Marc  Le Fur, de l'ambassadrice de France au Mali, madame Evelyne Decorps accompagnée du Directeur de l'AFD au Mali, Pascal COLLANGE, des députés du cercle de Dioïla, du Directeur général de la BNDA, Souleymane WAIGALO, du PDG de la CMDT, Baba BERTHE et plusieurs autres personnalités, s'est rendue le jeudi 25 janvier 2018 à Fana. La délégation, conduite par le vice-président de l'Assemblée nationale de France et également rapporteur du budget de l'aide publique au développement, M. Marc Le Fur, a été chaleureusement accueillie par les autorités administratives, politiques et coutumières de Fana.

En effet, dans le cadre du partenariat Nord-Sud, la France accompagne l’agriculture malienne à travers l’Agence Française de développement.Il importe de noter que l’Agence française de Développement a constamment apporté son appui aux priorités stratégiques maliennes dans les domaines très variés. Cet appui a concerné, entre autres, les domaines de l’agriculture.

Cette dernière est non seulement actionnaire à hauteur de près de 23 % dans le capital de la BNDA, mais aussi, elle accompagne régulièrement celle-ci à travers des appuis techniques, des lignes de crédit à des taux concessionnels et même  des subventions. C’est ainsi, que le 19 décembre 2018 à Paris,  l’AFD a accordé à la Banque Nationale de Développement Agricole un prêt de 30 millions d’euros,  soit 20 milliards de F CFA  décaissé  le 23 décembre 2017. Ces facilités  permettent à la BNDA de poursuivre sereinement le financement des différentes chaines de valeur agricoles. Dans ce cadre, la BNDA  a accordé dans le courant de janvier 2018 un financement de 18 milliards de F CFA pour l’achat du coton auprès des producteurs et plus de 7 milliards de F CFA  au titre des intrants agricoles pour ne citer que ces deux opérations en plus des multiples financement pour la commercialisation des céréales ( riz, mais, mil, haricot etc.) et les graines de coton.

Faut-il rappeler que le Mali est un pays soudano-sahélien à vocation essentiellement agro-pastorale, qui s'étend sur une superficie de 1.240.202 Km2. L’économie du pays repose essentiellement sur le secteur rural, qui occupe près de 80% de la population active et contribue pour plus de 15% aux recettes d’exportation (provenant essentiellement du coton, du bétail et des céréales). La contribution du secteur au PIB est de l’ordre de 33%. L'agriculture a donné naissance à un nombre important d'entreprises agro-industrielles dans le domaine du textile et de l'alimentation. C’est dire tout l’impact positif qu’a pu avoir  les actions de l’AFD  sur l’amélioration des conditions de vie des populations maliennes à travers  son soutien constant au secteur agricole.En plus de l’AFD, d’autres structures françaises sont dans le capital de la banque verte. Il s’agit du Crédit coopératif et de BPCE IOM avec respectivement 9, 70 % et 9, 72%. L’Allemagne y est également présente à travers la DGE avec 21,43%.

C'est le village de N'Djinina, à quelques encablures de Fana, qui a reçu la première visite de la délégation. Sur place, les membres de la délégation ont eu droit à une visite guidée  du centre de conditionnement et de commercialisation du village. Ils s'adresseront ensuite aux villageois pour leur expliquer l'importance de la culture du coton et l'intérêt pour les autorités maliennes de la soutenir véritablement. Après s’être réjoui de l’accueil à la délégation, M. Marc Le Fur,  a beaucoup apprécié les efforts synergiques des jeunes de N’Djinina qui peuvent être, selon lui, une alternative à l’exode rural ou encore à l’immigration. En guise d’illustration, il a souligné l’exemple de sa propre région à savoir la Bretagne où les jeunes, par des initiatives similaires,  ont su tirer leur épingle du jeu et résister à l’attrait de la capitale. L’ambassadrice de France au Mali, Mme Evelyne Decorps,  a également salué les efforts des villageois et fait part de la disponibilité de son pays à accompagner le Mali.

Le PDG de la CMDT, Baba BERTHE,a invité les cultivateurs de N’Djinina à persévérer dans leurs efforts de culture du coton afin que le Mali puisse conserver son titre de premier pays producteur de coton en Afrique. Le Directeur général de la Banque Nationale de Développement Agricole, Souleymane WAIGALO, a insisté sur  les avantages de la culture du coton en termes d’épanouissement et de  bien-être de la population. Il a ensuite indiqué que son institution, de concert avec ses partenaires comme l’AFD, va continuer à apporter son appui surtout financier au monde rural.  « La BNDA a été très honorée par cette visite du vice-président de l’Assemblée nationale française et de Mme l’Ambassadrice de France au Mali et remercie sincèrement les autorités françaises et le peuple de France pour les appuis multiples et multiformes permettant le financement   de l’agriculture malienne  à hauteur de souhait», a indiqué son Directeur général. Si le chef de village de N'Djinina s’est félicité de la visite de la délégation, la représentante des femmes en a profité pour faire des doléances. Au nombre de celles-ci, figurait en bonne place le manque d’eau pour mieux entretenir les travaux de maraîchage en contre-saison

Le deuxième lieu visité a été l'usine CMDT de Fana où la délégation a pu constater de visu le processus d'égrenage et de constitution des balles de coton. Le troisième lieu visité a été l'huilerie GISEM, l’un des nombreux clients qui bénéficient de l’accompagnement de la BNDA. En compagnie du promoteur, M.DIALLO, les visiteurs ont eu droit à des explications détaillées du processus de production de l’huile et de l’aliment pour bétail. Ces unités permettent de créer de la valeur ajoutée aux sous-produits du coton,  limitent le volume des importations en huile alimentaire et assurent au bétail un moyen de survie jusqu’à l’hivernage en plus de l’embouche. Il y a lieu de rappeler qu’en plus de participer au financement, la BNDA a en charge le paiement du coton aux cotonculteurs dans toutes les zones et dans tous les secteurs.La dernière étape de la visite était l’agence BNDA de Fana où les visiteurs du jour ont eu un accueil digne de leur rang avant de se retrouver autour d'un déjeuner copieux offert par la BNDA. De quoi terminer en beauté une visite au pas de charge.