La prise en charge chirurgicale des enfants malades du cœur : Plus de 20 millions de FCFA remis à la Chaîne de l’Espoir du Luxembourg

Fidèle à sa politique de Responsabilité Sociétale, la Banque Nationale pour le Développement Agricole (BNDA) a remis, hier mardi 15 décembre, un chèque de 23 000 000 (vingt-trois millions) de FCFA à à l’Hôpital Mère et Enfant le Luxembourg pour la prise en charge chirurgicale des enfants atteints de maladies cardiovasculaires. Le chèque géant a été remis par  les responsables de la BNDA (le Directeur général Souleymane Waïgalo et le Président du Conseil d’Administration, Moussa Alassane Diallo) au Directeur de l’hôpital, Pr. Mamadou Diarra qui était pour la circonstance entouré de ses collaborateurs. C’est donc pour la deuxième que la BNDA pose un acte similaire à l’endroit des enfants atteints de maladies cardiovasculaires. En effet, il y a un an, la banque avait remis un montant de plus de plus de 11 millions de FCFA à l’hôpital Le Luxembourg permettant la prise en charge chirurgicale de cinq enfants atteints de maladies cardiovasculaires. Cette année, elle a doublé la mise à travers un montant de près de 23 millions de FCFA remis aux responsables de l’hôpital. Un établissement, à en croire le représentant du ministre de la Santé empêché, Dr Dounaké Diarra qui est le seul à être doté d’un service de chirurgie cardiovasculaire au profit des enfants. Auparavant, il a rappelé que les malades étaient évacués à l’étranger avec des coûts élevés pour leur prise en charge. Avant de remercier les responsables de la BNDA, le représentant du ministre de la Santé a indiqué que son département était sur le point de finaliser une convention visant la prise en charge de 150 enfants atteints de maladies cardiovasculaires. De son côté, la représentante du ministre de la femme, Mme Sow Nana Kadidia Traoré, tout en se réjouissant de l’acte posé par la BNDA, a souhaité que cet établissement financier puisse avoir les moyens de faire davantage dans les années à venir.  Pour sa part, le Directeur général de l’hôpital, Pr. Mamadou Diarra a remercié la Banque Verte pour ce geste qui va soulager les enfants atteint de maladies cardiovasculaires ainsi que leurs familles. Il a rappelé que sur les 250 actes de chirurgie cardiaque posés dans son établissement, la BNDA en avait déjà financé cinq d’un montant de plus de 10 millions de FCFA. Avant de lancer un appel aux autres donateurs à s’inspirer de l’exemple de la BNDA. Il a également eu une pensée pieuse pour le défunt ex-président Amadou Toumani Touré pour avoir initié la Fondation pour l’Enfance et l’hôpital Mère-Enfant Le Luxembourg. Dans un mot prononcé pour la circonstance, Le Directeur général de la BNDA, Souleymane Waïgalo a rappelé certaines valeurs sociales et humaines qui caractérisent le Mali. Lesquels sont entre autres « l’entraide, l’assistance, la solidarité et la compassion. Et c’est en cela que notre cher pays demeure et demeurera debout en dépit de toutes les adversités». A ces yeux, ce geste ne permet sans doute pas de combler tous les besoins, mais il espère que cela fera tâche d’huile afin que « d’autres bonnes volontés puissent venir en aide à ces enfants qui en ont tant besoin. Ils sont l’avenir de notre pays, ne l’oublions pas ». Avant de formuler des prières pour que ces interventions soient couronnées de réussite totale afin que ces enfants puissent vite recouvrer la santé, poursuivre leur scolarité et s’épanouissent. Il a également remercié les autorités pour les efforts consentis ainsi que la direction de l’hôpital et ses partenaires pour leur dévouement à offrir des prestations de qualité aux malades.

Il faut rappeler qu’actuellement au Mali, ils sont 2900 enfants atteints de maladies cardiovasculaires en attente d’une intervention chirurgicale. Un chiffre qui pourrait augmenter au regard du coût élevé de la prise en charge des malades. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les maladies cardiovasculaires sont responsables de 10% des décès au Mali et, chaque année, 800 à 1000 nouveaux cas pédiatriques sont détectés sans pouvoir être pris en charge convenablement par manque de moyens ou de dispositifs. Ailleurs dans le monde, ces maladies restent à l’origine d’environ 140 000 morts par an. Pour rappel, les maladies cardio-vasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins.

Source :  Journal ‘’L’Indépendant ‘’

Archives